Histoire de Miami

Histoire de Miami

Découvrez l'histoire de Miami, de l'arrivée des Espagnols en Floride, en passant par les guerres séminoles, l'émigration cubaine, jusqu'à arriver au XXIe siècle.

L'arrivée des Espagnols

Les premiers à arriver en Floride furent Vicente Yánez Pinzón et Américo Vespucio, qui, en 1498, arrivèrent jusqu’à la baie de Chesapeake.

Quinze ans plus tard, le 2 avril 1513, Juan Ponce de León, originaire de Valladolid, donna naissance à La Floride. La Floride (en anglais Florida) doit son nom à Juan Ponce de León, qui découvra la région au moment du dimanche des Rameaux ; fête connue en France sous le nom de « Pâques fleuries » et en Espagne sous le nom de Pascua florida. Il était parti avec trois navires portoricains à la recherche de la mythique "fontaine de jouvence". Au cours de ce premier voyage, il navigua près de la plage de Biscayne, Mias l’on ignore s’il débarqua.

Cette zone a été habitée pendant des milliers d'années par des tribus indiennes. À l'arrivée du marin espagnol, la ville été occupée par plusieurs tribus dont les "Indiens de Miami" qui donnèrent leur nom à la rivière Miami puis à la ville.

En 1521, alors qu’il combattait au côté des indiens, Juan Ponce de León fut blessé par une fléche. Il mourra peu après à La Havane.

Cette zone fut très difficile à conquérir pour les Espagnols ; les expéditions de Lucas Vázquez de Ayllón en 1526, Pánfilo de Narváez en 1528 et Hernando de Soto en 1539, furent un échec. Lorsque la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne fut constituée, elle envoya également une expédition en 1559, qui échoua à son tour.

En 1566, une nouvelle expédition quitta Cadix, dirigée par l'Espagnol Pedro Menéndez de Avilés. Il fonda la première ville des États-Unis, Saint Augustine, en 1565, initiant ainsi la domination espagnole sur La Floride. Le roi Philippe II d'Espagne le nomma gouverneur de La Floride et le chargea de fortifier ses côtes. Le résultat fut la construction des forts de Santa Elena et Tampa.

Différends concernant la Floride

En 1562, un groupe de huguenots fuyant la France construisirent le Fort Caroline et revendiquèrent la Floride pour la France. Leur chef, un certain Ribaut, fut capturé par les forces espagnoles et exécuté dans son propre fort.

À partir du XVIIe siècle, les Anglais attaquèrent les Espagnols à plusieurs reprises. En 1763, à la fin de la guerre de Sept Ans, par le Traité de Paris du 10 février, l'Espagne cède la Floride à la Grande-Bretagne.

L'Espagne reconquit la Floride avec le traité de Versailles de 1783, qui mit fin à la guerre d'indépendance américaine.

En 1810, les États-Unis c’est au tour des États-Unis de réclamer le territoire de la Floride à l'Espagne, parce qu'ils avaient compris qu'elle faisait partie de l'achat de la Louisiane, qu'ils avaient fait aux Français en 1803.

Après l'occupation par les Américains, pendant la prétendue Seconde Guerre d'Indépendance, l'Espagne fut contrainte de vendre la Floride aux États-Unis, ce qui a été fait avec la signature du Traité d'Adams-Onís en 1819.

La Guerre des Séminoles

Bien que les conflits au sujet de la Floride aient été constants, dans la zone de Miami, au début du XVIIIe siècle, il n'y avait pratiquement pas d'occidentaux et le territoire était occupé par les tribus indiennes Oconi, Mikasuki, Eufoula et Creec, donnant naissance au peuple des Séminoles.

Première guerre séminole (1817-1819). C'était contre les Espagnols en raison de de l'aide que les Indiens donnaient aux esclaves noirs en fuite. La guerre prendra fin avec la vente de la Floride aux États-Unis par l'Espagne. Dans le traité qui a mis fin à la guerre, le gouvernement américain s'est engagé à respecter les droits des Indiens et à les traiter équitablement.

Deuxième guerre séminole (1835-1842). Après que la Floride soit passée entre les mains des États-Unis, le gouverneur Andrew Jackson ne respecta pas ce qui avait été convenu et lança une politique d'expulsion des Indiens de leurs terres afin de les donner à de nouveaux colons. Il obligea les Indiens de sang noir à quitter la Floride. Trois mille braves Indiens ont affrontèrent 200 000 soldats. La lutte inégale se termina par la capture du chef indien Osceola et l'imposition aux Indiens d’émigrer sur le "territoire indien" d’Oklahoma.

Troisième guerre séminole (1855-1858). Après un dernier soulèvement et des défaites, de nombreux Séminoles furent contraints d’émigrer, seuls quelques-uns furent autorisés à rester en Floride dans la zonedes Everglades.

Des années plus tard, les Séminoles eurent aussi des problèmes avec les magnats du pétrole lorsque ce précieux hydrocarbure apparut dans leurs réserves.

Aujourd'hui, les Séminoles vivent de l'agriculture, de la chasse et de la pêche ainsi que d'entreprises florissantes liées au tourisme. Ils ont réussi à monter de grandes affaires telles que les Casinos des Réserves Indiennes, qui ont permis aux séminoles de devenir investisseurs pour ensuite acheter la chaîne Hard Rock Café.

Comme curiosité, la signature de la paix n'est intervenue que quatre-vingts ans plus tard. En 1935, les descendants des Séminoles signèrent la paix avec le gouvernement américain.

Fondation de la ville de Miami

Après la fin des guerres avec les séminoles, de nouveaux colons s'installèrent à Miami, ainsi que des soldats attirés par la terre gratuite offerte par le gouvernement.

Mais ce sont quelques riches colons, en particulier Julia Tuttle, qui, pour sortir les produits de leurs fermes et avec l'idée de construire une ville et un hôtel, convainquirent le magnat Henry Flagler de faire venir le chemin de fer à Miami.

La construction du chemin de fer attira des travailleurs de toute la Floride. En 1896, le train pour Miami fut inauguré et le projet de construction d'une ville commença.

Le 28 juillet 1896 est la date de la fondation de Miami, lorsqu'un groupe de citoyens se réunit pour nommer leurs dirigeants.

Miami au XXème siècle

Au cours des années 1920, la permissivité avec le jeu et la mauvaise application de la loi  de la Prohibition (La Prohibition fait référence à plusieurs périodes de la première moitié du xxe siècle où la fabrication, le transport, l'importation, l'exportation et la vente de boissons alcoolisées étaient prohibés) fit que des milliers de personnes d'autres régions des États-Unis s’installèrent dans cette ville prospère et flexible, doublant sa population en trois ans.

La spéculation immobilière et financière quadrupla les prix des terrains en cinq ans et le coût de la vie devint trop élevé pour les habitants de Miami. Lorsque la situation devint insoutenable, un terrible ouragan dévasta la ville.

Miami est située dans une zone à haut risque d'ouragans. En 1926, elle a subi l'un des plus gros ouragans de son histoire, c'est pourquoi on dit que la grande arriva à Miami trois ans plus tôt que dans le reste du pays.

La Grande Dépression dévasta Miami avec des milliers de chômeurs. Cependant, la ville réussit à en sortir plus tôt que le reste du pays grâce à l'industrie aéronautique et à la construction avec le développement du quartier Art Déco à South Beach et ses plus de 800 bâtiments.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Miami était, en raison de sa situation côtière, le quartier général de l'armée et de la marine américaine. À la fin de la guerre, de nombreux soldats restèrent à Miami et bientôt sa population dépassa le demi-million d'habitants.

L’émigration cubaine

En 1959, après la chute de la dictature de Fulgencio Batista et le triomphe de la Révolution cubaine, plus d'un demi-million de Cubains arrivèrenet à Miami. Le grand nombre de réfugiés donna naissance à "La Petite Havane", changeant ainsi le nom du quartier où ils se sont installés.

En 1980, il y a eu une deuxième grande vague d'émigrants, plus de 125.000 abandonnèrent Cuba pour rejoindre Miami.

Pendant des décennies, l'arrivée des Cubains fuyant la dictature ou à la recherche d'un monde meilleur fut continue. En plus des Cubains, de nombreux Latino-Américains, confrontés à la situation politique et économique de leur pays, ont fait de Miami leur résidence faisant ainsi de Miami la ville la plus latino des États-Unis.

Aujourd'hui, Miami est un important centre financier (siège principal de la banque internationale aux Etats-Unis), commercial (notamment avec l'Amérique latine) et de loisirs (réseaux de télévision, musique, mode, résidences pour personnes âgées). Le tourisme occupe également une place très importante dans l’économie de la ville avec ses parcs d'attractions, ses plages et son port de croisière, le plus grand au monde.